Aiffres
Aiffres Aiffres
Aiffres

Parole d'élus de l'opposition - Septembre 2022




Depuis de nombreux mois maintenant, nous vivons au rythme des vagues de flux et reflux de la COVID-19, sans espoir que la situation s’améliore durablement. Même les périodes de fortes chaleurs ne nous prémunissent plus des pics épidémiques ! Épuisé.e.s et inquiet.te.s face aux crises sociales, médicales et environnementales, nous avons tous et toutes besoin de nous retrouver pour simplement vivre ensemble.

 

> LA CULTURE, UN BIEN COMMUN Ô COMBIEN NÉCESSAIRE

Ce numéro met l’accent sur la programmation culturelle. Considérée ces derniers mois comme un bien non essentiel, les lieux et professionnels de la culture ont souffert et restent fragiles.
 
À Aiffres, depuis longtemps, la culture a été considérée comme un bien commun. Aujourd’hui, Niort Agglo propose également des spectacles et activités culturelles de qualité. La culture, c’est une passerelle entre les identités multiples, entre les générations qui composent notre commune.
 
Nous soulignons le rôle essentiel de la Maison Pour Tous dans la conception et réalisation d’une programmation culturelle à la fois diversifiée, accessible, et exigeante pour tous et toutes. L’action culturelle est une mission essentielle d’un centre socio-culturel comme un élément premier de la solidarité.
 
Saluons aussi les riches échanges culturels avec le Togo, qui perdurent malgré le désengagement assumé de la municipalité.
 

> UN BUDGET À SURVEILLER

Dans le précédent numéro, nous disions que « le recours à l’emprunt était inévitable et reconnu ». Nous y sommes.
 
Il faut certes financer les travaux du groupe scolaire Victor-Hugo pour 2 millions d’euros minimum (un million supplémentaire est programmé sous forme d’option) mais les taux variables envisagés sont un sujet d’inquiétude dans une période où les taux d’intérêt augmentent fortement et durablement.
 
De plus, la commune doit investir dans les économies d’énergie pour respecter les -40% de consommations d’ici 2030, -50% en 2040, -60% en 2050 (décret tertiaire), et la stratégie bas carbone de l’État (sortir des énergies fossiles).
 
Le changement climatique est là. Nous devons adapter l’espace public.
 
Les capacités financières de la commune, entre hausse des charges et stagnation, voire baisse des recettes, pourraient ne pas suffire.

La rentrée, cette année, est source de nombreuses inquiétudes avec une inflation qui ne cesse d’augmenter. Dans ces circonstances, il importe que les tarifs des services municipaux, particulièrement ceux appliquées aux familles, restent contenus. Si le budget municipal est un équilibre périlleux, il est avant tout affaire de choix. Nous veillerons à préserver le budget des Aiffricain.e.s.

> NOUS CONTACTER



12/09/2022 | Lu 6 fois