Aiffres
Aiffres Aiffres
Aiffres

Parole d'élus de l'opposition - Septembre 2021




L’abstention électorale, signe d’une démocratie en panne

Avec un taux d’abstention dépassant les 50%, les élections municipales avaient été qualifiées « d’inhabituelles » par les spécialistes ; placées au cœur d’une crise sanitaire sans précédent, ce qualificatif avait sa raison d’être.
Malheureusement, force est de constater, après ce double scrutin des élections régionales et départementales, que le mal est plus profond. Près des deux tiers de nos concitoyens ne se sont pas déplacés aux urnes. C’est un triste record qui en dit long sur la désaffection que portent les français à ce symbole de la démocratie, le signe que nos principes démocratiques sont en souffrance.
 

> UNE DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE DÉFAILLANTE

Désaveu de la classe politique, des candidats qui, une fois élus, ne rendent aucun compte à leurs électeurs, déconsidération du peuple, montée du populisme, état jacobin, règne des réseaux sociaux, les raisons à cette crise sont multiples et variées.

Certes l’orientation vers de nouvelles modalités de vote est nécessaire mais n’est-ce pas surtout le signe d’un épuisement de notre système démocratique ? Les citoyens s’expriment (Grand Débat National, crise des Gilets jaunes, conférence citoyenne sur le climat) mais ils ont le sentiment de ne pas être écoutés. Paradoxalement, on sent poindre une volonté d’expression. Plus que jamais les gens portent la parole et ont envie d’être entendus.

> VERS UNE DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

Le basculement d’une démocratie basée sur la représentativité vers une démocratie plus participative permettrait de redonner un sens à l’action civique. Elle renforcerait cette capacité d’être à l’écoute des autres. Les outils existent, la demande est prégnante, il faut dès lors franchir le pas.

En 2020, la citoyenneté fut l’un des thèmes majeurs de notre programme municipal avec des propositions telles que : l’instauration de conseils de quartiers, la création d’un conseil consultatif des aînés, la mise en place d’un budget participatif, l’utilisation du référendum local. Parce qu’aujourd’hui le lien de confiance est rompu entre le peuple et leurs représentants, l’expression citoyenne doit s’exercer au niveau local car sa mise en œuvre est relativement simple.

Aussi nous appelons de nos vœux la mise en place de ces actions afin que les Aiffricain.es puissent participer à la vie locale et redonner un sens au mot « démocratie ». Aujourd’hui, la construction de la ville n’est plus sur le seul registre du « faire pour les autres » mais doit s’orienter vers celui du « faire ensemble ».

> NOUS CONTACTER



31/08/2021 | Lu 11 fois