Aiffres
Aiffres Aiffres
Aiffres

Parole d'élus de l'opposition - Mai 2021





Plus d’un an maintenant que notre vie d’avant est entre parenthèses. Au moment où nous écrivons ces lignes, nous vivons notre troisième confinement, entre lassitude et espérance ! Il est fondamental de sortir de l’urgence du quotidien à laquelle nous confrontent la crise sanitaire et des décisions des pouvoirs publics parfois peu lisibles. Le monde d’après nous appartient. Il faut le penser dès maintenant pour éviter le retour en arrière et le repli sur soi.
 

> DES SERVICES AU CŒUR DE LA CRISE

Ce numéro est l’occasion de présenter les personnels et les missions des services Enfance jeunesse, Restauration, et Entretien des bâtiments.
 
De la qualité de l’accueil proposé aux familles dépend souvent l’attractivité d’une commune. Aiffres ne fait pas exception et le professionnalisme des personnels de service est reconnu. Longtemps attendue, la création d’un nouvel espace permettra bientôt d’améliorer sensiblement les conditions matérielles d’accueil des plus jeunes. Elle permettra aussi de tourner la page de cette période compliquée qui a mis les équipes en première ligne, et d’illustrer leur rôle ô combien primordial.
 
Autre service à l’honneur, celui des agents, souvent invisibles, de l’Entretien des bâtiments. La propreté est devenue un bien commun dont ces personnels sont les garants. Leur mission a été mise en lumière par la situation sanitaire, et être en première ligne face au virus aura été un triste privilège qui mérite notre reconnaissance. Espérons que chacun.e d’entre nous s’en souvienne une fois la situation redevenue normale.

> POUR UN MONDE PLUS DURABLE

On entend parler de « résilience », ou comment les individus et les sociétés surmontent les crises pour se reconstruire.
 
La ville d’Aiffres dispose d’un « Agenda 21 », une feuille de route pour le développement durable… Au-delà d’une communication maîtrisée, nous proposons de reprendre le travail avec de nouvelles ambitions.
 
Nous avons vécu l’importance de la solidarité, du consommer local aux actions de soutien envers les plus fragiles. Le risque est grand du repli sur soi et, sous prétexte d’efficacité, d’opposer les solidarités, locale et globale.
 
Le monde d’après ne sera durable et résilient que si nous savons construire un monde plus juste.

Le monde d’après auquel nous aspirons ne se nourrira pas de vaines promesses. Il faut des actes. Cette année, parce que le budget le permettait, nous voulions qu’un effort supplémentaire soit fait en direction des associations aiffricaines. Nous n’avons pas été totalement entendus.

> NOUS CONTACTER



22/05/2021 | Lu 7 fois