Aiffres
Aiffres Aiffres
Aiffres

Parole d'élus de l'opposition - Janvier 2023




Après la fin de l’abondance, voici venu le temps de la sobriété. Force est de constater que le changement climatique est là, et que la guerre en Ukraine n’est pas la cause mais le révélateur de notre fragilité énergétique et de notre dépendance aux énergies fossiles. Moins que la fin de l’abondance, la sobriété prônée par le gouvernement est plus un outil de communication et un aveu d’impuissance qu’un réel engagement pour une transition écologique responsable.
 

> PAS DE SOBRIÉTÉ SANS JUSTICE SOCIALE

Nul n’est dupe. La production nucléaire est fragile, le tout électrique comme le tout diesel ont été imposés par l’État, le développement des énergies renouvelables est très en retard par rapport aux objectifs pris par l’État lui-même !
 
Cela sans compter les aides à la rénovation des logements, au changement des chaudières, à l’achat d’un véhicule électrique… qui ne couvrent qu’une partie infime du surcoût pour les ménages qui le peuvent. La crise énergétique et l’inflation – qui touche particulièrement les produits alimentaires – font basculer tous les jours des familles dans la précarité.
 
Pour être acceptable, la transition écologique doit être solidaire. Les efforts ne peuvent être demandés de façon uniforme à tous et selon le même rythme. Pour les entreprises privées ou publiques et les collectivités, l’État demande un plan de sobriété pour réaliser -10% de consommation en 2024 par rapport à la situation de 2019. Là encore, pas de nuance.
 

> À AIFFRES, UNE PRISE DE CONSCIENCE À CONFIRMER

L’engagement écologique était au cœur de notre proposition pour Aiffres. L’ambition d’autonomie énergétique a pu sembler contraignante après une période COVID qui incitait à un retour à une certaine normalité.

Mais aujourd’hui, notre constat est largement partagé : connaître les consommations de la commune, engager la rénovation massive du patrimoine communal, développer les énergies renouvelables, supprimer les postes de consommation énergivores, contraindre les dépenses de fonctionnement…
 
Nous soutiendrons les mesures visant la sobriété et les initiatives pour associer les citoyen.ne.s. L’engagement écologique doit être partagé, et la maîtrise des finances communales doit servir au maintien de services publics de qualité. L’État promet des aides pour 2023, mais il doit en finir avec la logique de la crise permanente : sanitaire, énergétique, économique, sociale.  Maintenir l’anxiété ne fait pas une politique.

Pour 2023, nous souhaitons à chaque Aiffricain.e de retrouver un pouvoir d’achat suffisant pour préparer sereinement une nécessaire transition écologique dans la justice sociale.
 

> NOUS CONTACTER



19/12/2022 | Lu 27 fois