Aiffres
Aiffres Aiffres
Aiffres

Parole d'élus de l'opposition - Année 2019




> JANVIER 2019

L’année qui commence nous permet, comme la tradition nous y engage, de formuler un vœu, celui de construire une année où la solidarité et la fraternité reprendraient tout leur sens.

La crise des gilets jaunes a illustré le fossé qui s’est creusé depuis de nombreuses années entre les Français, fossé accentué par des politiques – au profit de quelques-uns – menés par une classe dirigeante éloignée des problèmes du quotidien.
À Aiffres, l’exigence est la même. L’action publique doit accompagner les évolutions, réparer les fractures et préparer, avec responsabilité, les transitions sociétale et environnementale à l’échelle du territoire ; sans quoi les écarts se creuseront toujours plus, jusqu’à mettre en péril notre vivre-ensemble.

Soyons concrets en illustrant notre engagement à votre service sur deux sujets importants : le soutien aux familles et le renforcement des solidarités.

Soutenir les familles

L’adaptation de l’offre municipale aux attentes des familles, dans leur diversité et dans la complexité des parcours de vie, est essentielle. Elle participe à l’attractivité de notre commune. La création du pôle petite enfance est porteuse d’espoirs : horaires étendus, offre de garde plus souple, espaces mieux adaptés.Nous avons voté contre l’augmentation de 4% de certains tarifs et défendons toujours une modulation selon le quotient familial lorsque la hausse est inévitable.
Elle offrira également un relais renforcé au réseau aiffricain d’assistant·e·s maternelles en développant accompagnement, échange de pratiques, lutte contre l’isolement… 
Mais ce service public, en lien étroit avec la MPT, doit conserver des tarifs justes et mesurés.
 
• Renforcer les solidarités
 
La solidarité est le ciment d’une société apaisée. Les associations en sont les principaux artisans. Nombre d’Aiffricain·e·s contribuent, par leur bénévolat, à rendre visibles les solidarités. Ils et elles participent au dynamisme de notre ville.
Le soutien municipal est ancien et réel. Il passe par une aide en nature avec les installations municipales, par un accompagnement par un personnel dédié et des subventions qui, en comparaison à d’autres communes, restent modestes.
Solidarité également avec nos amis jumelés d’Amlamé, au Togo, après leur venue fin 2018. Pas de communication municipale ni de réception officielle ! Service minimum.
 Le maire et son équipe font d’autres choix budgétaires… comme de changer le logo d’Aiffres sans associer largement les Aiffricain·e·s, sans préciser le coût, sans un débat préalable en conseil municipal.
 
Vous jugerez des priorités !
Nous vous souhaitons à tous une année qui puisse voir vos attentes se réaliser.
 
________________________________________________

> MAI 2019

Nous n'avons pas voté le budget de cette dernière année de mandat car il traduit une politique contestable sur des points qui restent essentiels pour nous : équité sociale, engagement écologique, solidarité. Surtout, il subsiste des zones d'ombre que le débat n'a pas permis de dissiper.

Éducation : oui, mais avec quel budget ?
 
La création du pôle petite enfance a été présentée lors du vote du budget. Nous soutenons ce projet dont on parle depuis plusieurs années. Mais l'ambition doit aussi s'appuyer sur une capacité d'action réaliste.
Un budget de 1,4 M€ dont près de 500.000 € d'autofinancement… or l'épargne de la commune est aujourd'hui tombée à moins de 200.000 €. Nous n'avons pu voter une autorisation de programme non financée. Sans compter l'étude pour la création d'un nouveau groupe scolaire… Cela annonce nécessairement le recours à l'emprunt et des augmentations d'impôts.
 
Culture : dérive dangereuse ou ignorance coupable ?

Le maire et sa majorité ont lancé un audit sur la culture. Un audit de plus ? Un audit pour quoi faire ? Lors de l'assemblée générale de la MPT, le maire a esquissé une explication… le coût ! Le taux de remplissage de Tartalin est-il réellement un indicateur culturel pertinent ? La culture doit-elle être rentable ?
La culture ne se résume pas à une programmation de spectacles dont le seul but serait de rentabiliser Tartalin ! La culture, c'est une part importante du vivre ensemble, c'est ce qui nous rassemble. S'il est un domaine où la rentabilité supposée immédiate ne s'applique pas, c'est bien celui-là.
Le rôle des élus est d'accompagner, de soutenir et faciliter les initiatives culturelles, dans un souci d'accès du plus grand nombre, en veillant à consacrer des moyens suffisants au regard de nos possibilités budgétaires. Il n'est pas d'en dicter le cahier des charges. Il ne peut y avoir une culture qui primerait sur une autre, une culture rentable et une qui ne le serait pas. La culture ne s'achète pas sur étagère !

Il est toujours suspect que ceux qui ont le pouvoir décident de se mêler de culture…
 
Deux nouveaux conseillers rejoignent notre groupe, à un an de l'échéance municipale

Nous voulons saluer l'engagement sans faille et le travail accompli par Dominique Martin et Joël Flamein qui ont permis ce renouvellement. Ils ont porté avec fierté les valeurs sociales, humanistes et écologistes qui caractérisent notre action. Ils restent mobilisés dans la vie associative aiffricaine autour des idéaux de solidarité et de partage qui les animent depuis toujours.
Un grand merci à eux et bienvenus aux nouveaux !
 
________________________________________________

> OCTOBRE 2019

Après un été caniculaire qui n'a pas manqué de nous interpeller sur les dérèglements de notre planète, nous espérons que la rentrée a été sereine pour vous, en particulier pour les familles dont les jeunes enfants sont accueillis dans les écoles aiffricaines.
Le Forum des associations qui – n'en déplaise – n'a pas été inventé par l'équipe actuelle, a illustré toute la vitalité et la richesse des associations de notre commune. Dommage que leur mobilisation et celle des agents municipaux n'aient pas rencontré un public plus nombreux.
Aucun animateur, aussi pénible soit-il, aucune opération de communication, fusse-t-elle olympique, ne permettra à cet évènement d'être aussi attractif qu'il le devrait. Il faudra le repenser dans un travail nécessairement partenarial avec les associations.

• Écoles : une priorité à surveiller
L'attractivité d'une commune passe notamment par ses écoles. L'implication des personnels, la qualité des enseignements ne suffisent pas. À Aiffres, la situation est devenue urgente. Vétusté, exiguïté, non accessibilité des locaux sont des constats partagés. Nous soutenons et affirmons cet enjeu majeur pour les années à venir.
Si l'expertise externe peut être nécessaire, aucun audit ne remplacera l'expérience et le bon sens. Nous appelons à la plus grande concertation et transparence pour repenser et améliorer les conditions de travail et d'étude, pour offrir un cadre de vie propice aux apprentissages et à l'épanouissement de nos enfants.
 
• Notre commune connaît depuis quelques mois des travaux de voirie

Ces travaux entraînent de nombreuses difficultés au quotidien pour les usagers qui voient leur temps de transport rallongé. Les commerçants ont vu leur activité chuter dangereusement. Sollicitée, la commune est restée trop souvent muette, renvoyant à la compétence de la CAN.
L'équipe municipale s'était engagée à dynamiser l'activité économique, elle aura juste réussi, avec la CAN, à dynamiter le chiffre d'affaires des commerces aiffricains. Ces conséquences étaient prévisibles. Un peu d'anticipation, d'écoute et des mesures d'accompagnement auraient évité de pénaliser l'économie locale.

• Saison culturelle : une offre à découvrir

Au moment où l'audit culture accouche des évidences, la nouvelle saison culturelle, dont ce numéro présente les grandes lignes, doit permettre à chacun.e de trouver un spectacle, un évènement, une activité à son goût.
L'éclectisme, l'ouverture, l'accès au plus grand nombre doivent encore beaucoup au talent et à la mobilisation des bénévoles et salariés de la MPT… loin de l'élitisme voulu par certain.e.s.
Aiffres ne sera jamais le Moulin du Roc, malgré tous les audits !
 
________________________________________________

> Nous contacter



11/12/2019 | Lu 51 fois